L’intelligence émotionnelle: pour plus d’agilité organisationnelle

par | 15/11/2018

L’intelligence émotionnelle: pour plus d’agilité organisationnelle

Par Sophie Leduc et Julie Nadon

 Les transformations humaines et organisationnelles s’accélèrent, on réajuste les objectifs en temps réel et on réorganise les priorités en réaction au VUCA (éléments constituant le contexte actuel du marché: Volatilité, Incertitude (Uncertainty en anglais), Complexité et Ambiguïté). La seule certitude sur laquelle les travailleurs et gestionnaires actuels peuvent s’appuyer est l’incertitude. Autrement dit, la seule constance sur laquelle les travailleurs et gestionnaires peuvent s’appuyer est le changement. Celui-ci vient avec son lot de défis et d’enjeux. C’est à ce moment que l’agilité organisationnelle s’avère une option privilégiée par plusieurs entreprises.

Lorsqu’on aborde le changement, on parle de bouleversements, on frôle la méfiance et on valse avec la peur. En effet, un individu choisit de changer lorsque la peur de l’inconnu devient moins grande que la souffrance qu’il vit. Malheureusement, dans le monde du travail ces changements, de plus en plus fréquents, sont rarement initiés par la majorité, mais sont plutôt dictés par le marché. Il faut donc s’attendre à être dans une position constante de changement, en perpétuel déséquilibre organisationnel.

 Conséquemment, toute une gamme d’émotions en découle à titre individuel et impacte les relations humaines et de travail. C’est à ce moment où les gestionnaires doivent incarner leur rôle de leader agile et faire preuve non seulement d’intelligence émotionnelle, mais d’agilité émotionnelle au service de l’agilité organisationnelle.

 Susan David, psychologue à Harvard et pionnière en agilité émotionnelle, l’explique ainsi :

« L’agilité émotionnelle nous aide à ouvrir un espace entre nos émotions et nos réactions à ces émotions. L’agilité émotionnelle est un processus qui permet de vivre l’instant présent, en accueillant avec bienveillance les émotions et les pensées douloureuses, à les affronter courageusement et avec compassion puis à les dépasser. »

Lien entre l’intelligence et l’agilité émotionnelles

 Avant d’être en mesure de faire preuve d’agilité émotionnelle, il faut développer notre intelligence émotionnelle au même titre qu’un athlète doit apprendre à patiner et à manier son bâton avant de devenir un joueur de hockey. Par la suite, le joueur pourra faire partie de l’équipe puis de l’organisation s’il développe ses compétences d’anticipation, de collaboration et d’innovation au service de l’agilité organisationnelle.

Quotient intellectuel VS Quotient émotionnel

 Dans un récent article publié dans la revue Fortune, Anne Fisher écrit : « Nous sommes maintenant jugés selon une nouvelle échelle – non seulement sur nos compétences, mais sur la qualité de nos rapports à nous-même et aux autres ».

 Les attentes du milieu du travail ont effectivement changé. Il n’y va plus seulement de notre QI, de notre formation ou de nos compétences techniques, mais aussi de notre savoir-être. Pensez à un employé qui possède des compétences techniques exceptionnelles, mais qui n’est pas capable de gérer ses émotions et de travailler avec les autres : obtiendra-t-il du succès dans sa carrière ?

 Dans son livre L’intelligence émotionnelle, le psychologue américain Daniel Goleman nous explique pourquoi une tête bien faite vaut mieux qu’une tête bien pleine : « Ces qualités sont au premier rang de celles qui sont nécessaires pour trouver, puis conserver un emploi. Notre réussite professionnelle dépend moins de notre QI ou de nos diplômes que de notre savoir-faire émotionnel ».

 Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle concrètement?

 Même si le concept de l’IE fut popularisé par Daniel Goleman dans son best-seller sur la question, ce concept existe depuis une trentaine d’années et s’appuie sur de nombreuses recherches.

 L’intelligence émotionnelle se définit comme un ensemble de compétences émotionnelles et sociales qui influencent la façon dont nous nous percevons et nous nous exprimons, nous développons et maintenons nos relations sociales, nous faisons face aux défis, et nous utilisons les informations émotionnelles de façon efficace et significative.

 L’intelligence émotionnelle comprend 5 composantes : la perception de soi, l’expression individuelle, les relations humaines, la prise de décision et la gestion du stress.

Intelligence émotionnelle 

C’est à partir de ce modèle du EQ-I 2.0 que nous pouvons évaluer le quotient émotionnel d’un individu et déterminer un point de départ pour amorcer une transformation vers l’agilité émotionnelle.

Inné ou acquis?

Plusieurs personnes croient que l’intelligence émotionnelle est innée : soit on l’a soit on ne l’a pas. Au contraire, nous savons maintenant qu’environ 50 % de l’IE provient de notre héritage génétique et que le reste peut être appris. De plus, l’intelligence émotionnelle peut se développer tout au long de sa vie. D’ailleurs, les données montrent que, si l’intelligence cognitive (QI) se stabilise en moyenne vers l’âge de 10 ans, l’intelligence émotionnelle, elle, tend à s’accroître avec l’âge.

Par contre, l’IE et le QI ne se développent pas de la même manière. Pour accroître nos habiletés cognitives, on peut emmagasiner diverses connaissances. L’intelligence émotionnelle ne s’acquiert pas ainsi. En d’autres mots, lire un livre ou suivre un cours sur l’IE n’est pas suffisant. Encore faut-il développer ces aptitudes.

Comment développer son IE pour une plus grande Agilité émotionnelle

Comment passer de la théorie à la pratique? Un individu motivé à accroître son IE sera en mesure de le faire s’il obtient les informations et un soutien adéquat. Reste néanmoins que certains individus sont plus prédisposés que d’autres. Bien que le rapport du EQ-i 2.0 propose des pistes concrètes de développement cohérentes avec vos résultats il n’en reste pas moins que de simples gestes quotidiens peuvent aussi s’avérer pertinents.

Voici quelques conseils à suivre :

  • Obtenez une franche évaluation de vos forces et limites afin de mieux vous connaître et identifier vos zones aveugles (EQ-I 2.0 ou même un 360);
  • Un plan de développement concret et réaliste doit être élaboré basé sur les aspects dont l’individu est réellement motivé à améliorer ou mettre en valeur;
  • Offrir et recevoir de la rétroaction constante;
  • Portez attention à vos réactions et à comment vous les exprimez : soyez en conscience et mesurez l’impact que vous avez sur l’Autre;
  • Un soutien afin d’obtenir du support pour affronter diverses situations, à sortir de sa zone de confort et à tirer des leçons de ses expériences.

Finalement, le coaching et la formation sont bien entendu des outils appropriés qui vous aideront à améliorer votre agilité émotionnelle. Mais l’ingrédient essentiel reste votre propre motivation et votre propre prise de conscience.

Et le leadership dans tout ça?

Un leadership authentique commence par une profonde connaissance de soi. C’est la compréhension de ses forces et de ses faiblesses, de son intention, de ses valeurs, de ses motivations, de ses réactions aux situations qui font réagir. Or, ces compétences sont au cœur de l’IE.

Des études récentes montrent que l’intelligence émotionnelle pourrait constituer l’élément le plus important du leadership. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que le développement de l’IE crée des dirigeants complets : des dirigeants qui possèdent une bonne connaissance d’eux-mêmes et des autres, et qui modèlent leur manière d’être de façon à favoriser la performance de leur entreprise. En effet, dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre, la citation de Simon Sinek prend encore plus son sens : « on choisit une organisation, mais on quitte un patron ». Raison de plus pour développer son intelligence émotionnelle et son leadership agile.

 

L’agilité émotionnelle au service de l’agilité organisationnelle

L’agilité organisationnelle peut être représentée par ce modèle ralliant les trois sphères : opérations, leadership et stratégie.

Intelligence émotionnelle - Agilité organisationnelleNéanmoins, afin que le tout se matérialise et s’incarne, l’agilité émotionnelle se doit d’être présente en trame de fond. En effet, elle facilitera la collaboration, l’innovation, la transparence et toutes les communications. Si chacun des acteurs impliqués sont en conscience de l’impact de leurs émotions sur eux, ainsi que sur le système, ils seront en mesure de mieux s’adapter aux changements organisationnels provoqués par le fameux VUCA et par conséquent seront plus disposés à accompagner les autres membres de l’organisation à travers ces turbulences.

Sophie Leduc est consultante en développement organisationnel et partenaire au sein des Alchimistes Conseils.

En savoir plus sur Sophie

Julie Nadon est consultante en agilité comportementale et diversité et partenaire au sein des Alchimistes Conseils.

En savoir plus sur Julie

Lire d'autres articles

Les Alchimistes Conseils
4115, rue Ontario Est, bureau 325
Montréal, Québec, H1V 1J7

(514) 963-3247

© 2018 Les Alchimistes Conseils Inc - Tous droits réservés   |  Conception site web Sophie Béjot

Pin It on Pinterest

Share This